05
Avril
2012
|
00:00
Europe/Paris

Suite à la parution des indicateurs de marché du 1er trimestre 2012 par Immostat-IPD, les directeurs de CBRE réagissent.

Marc-Henri Bladier, Directeur Général (Agency) commente au sujet du marché des bureaux franciliens :


« Avec 514 000 m² au 1er trimestre 2012, la demande placée de bureaux en Île-de-France enregistre une baisse de -18 % par rapport à la même période en 2011. Face à un climat économique difficile qui pouvait présager d’un décrochage des volumes de transactions, la demande placée est restée dans la lignée du dernier trimestre 2011, maintenue par la résilience du marché des petites et moyennes surfaces et la concrétisation de quelques grandes opérations clés-en-main. Si la 1ère Couronne et la Boucle Sud en tête tirent leur épingle du jeu, l’activité a connu un ralentissement certain dans Paris, le restockage de la demande ayant posé problème fin 2011. La demande nouvellement exprimée a globalement repris sur l’ensemble des secteurs franciliens en ce début d’année mais les négociations restent encore très longues et fragiles.


Le stock d’offre est quasi stable au 1er avril 2012 avec un peu moins de 3,6 millions de m²  immédiatement disponibles, soit 6,5 % de vacance. Le marché reste équilibré entre l’afflux d’offres et la consommation des surfaces. Les lancements « en blanc » demeurent encore rares en raison des difficultés des promoteurs à trouver des financements et des incertitudes qui règnent sur la capacité du marché à écouler le stock déjà existant.


Face au manque croissant d’immeubles de qualité dans le QCA, le loyer « prime » facial parisien est orienté à la hausse. Le reste du marché apparaît plus hétérogène. Les loyers  sont stables dans Paris alors que la baisse des valeurs se confirme en périphérie, notamment sur des localisations où l’offre est importante. Certains propriétaires ont revu les loyers de présentation à la baisse pour tenter de rencontrer une demande d’utilisateurs toujours motivés par la recherche d’économies.


Malgré cet ajustement des valeurs, les avantages commerciaux demeurent conséquents, compris en moyenne entre 1,5 et 2 mois de franchise par année d’engagement et parfois au-delà dans certaines localisations où plusieurs immeubles sont en concurrence. »


 


Antoine Derville, Président (Capital Markets) a déclaré :


« Environ 1,7 milliard d’euros ont été engagés en immobilier d’entreprise banalisé au 1er trimestre 2012 en France (dont près d’1,4 milliard en Ile-de-France d’après Immostat-IPD). Le marché, au point mort en janvier après il est vrai un 4ème trimestre 2011 exceptionnel, a repris un rythme d’activité plus soutenu en février et mars.


Ces résultats trimestriels, inférieurs de près de – 9 % à ceux de l’année passée, sont malgré tout plutôt rassurants. Le contexte économique plus difficile  que l’an dernier ainsi que les prochaines échéances électorales n’ont pas grippé le marché de l’investissement. Les investisseurs restent toujours à la recherche de produits sécurisés. Un volume significatif d’engagements est d’ailleurs sous promesse, représentant un acquis de taille pour la suite de l’année. De nombreux projets de cession sont également en cours, laissant  prévoir un second semestre très actif. »