Paris,
16
Octobre
2017
|
18:43
Europe/Paris

Marché des bureaux en Île-de-France : une demande placée d'environ 2,5 millions de m² prévue en 2017

CBRE, leader mondial du conseil en immobilier d’entreprise, a présenté jeudi dernier les tendances du marché des bureaux en Ile-de-France au 3ème trimestre et ses perspectives pour la fin 2017. Entre ruée vers l’Ouest et rebond des grandes transactions, CBRE expose les enseignements à retenir.

L’attractivité du marché des bureaux franciliens confirmée au 3ème trimestre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La demande placée au 3ème trimestre 2017 a permis de rattraper un 2ème trimestre modeste du fait de l’attentisme dû aux élections présidentielles. Elle termine en progression de 6 % par rapport au 3ème trimestre 2016.

La résilience des volumes placés est aujourd’hui la véritable force du marché francilien. Les volumes placés de plus de 5 000 m² ont progressé de 13 % en 1 an, portés par de grandes transactions comme le Conseil Régional (50 000 m² à St Ouen) ou Natixis (90 000 m² dans le 13ème arrondissement).

« Nous confirmons notre prévision de demande placée pour 2017 autour de 2,5 millions de m², commente Grégoire de La Ferté, Executive Director Bureaux Ile-de-France. Ce serait ainsi la 3ème année consécutive de hausse du volume des transactions. De quoi conforter l’attractivité de notre marché francilien. »

Le niveau d’offres immédiatement disponibles se situe autour de 3,5 millions de m², avec une offre neuve ou restructurée ne représentant que 15 % du stock. Ceci s’explique notamment par un niveau de pré-commercialisations pour les transactions supérieures à 5 000 m² à 54 % et donc autant de programmes qui ne viennent pas alimenter le stock. D’autre part, les utilisateurs délaissent les immeubles de seconde main se positionnant à près de 70 % sur les immeubles de qualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’offre disponible se contracte logiquement sur les secteurs où les niveaux de transactions sont en progression, ce qui est le cas du Croissant Ouest et de Paris QCA.

La Défense continue quant à elle de consommer son stock grâce à une bonne dynamique de marché et à des logiques d’extensions des utilisateurs présents. Plusieurs négociations sur des surfaces inférieures à 1 000 m² sont actuellement en cours sur la quasi-totalité des tours offreuses et, pour la 5ème année consécutive, La Défense affiche une croissance de sa demande placée sur ce segment de surface.

Toutefois, cette belle dynamique ne s’étend pas à la Péri-Défense, qui s’essouffle malgré un bon 1er trimestre 2017.

Une baisse de 6 % est à noter pour les 9 premiers mois de 2017 dans le nord de Paris (18ème et 19ème), avec une demande placée de 23 600 m² due à une diminution des transactions entre 1 000 m² et 5 000 m², malgré deux belles transactions dans le 18ème : Dyson et IFOP.

A l’est, notons la baisse de 18 % de la demande placée dans le 12ème et 13ème. Baisse qui ne se retrouve pas en 1èreCouronne Est, qui affiche quant à elle une progression très forte (47 %).

Concernant le Sud, seul le 15ème arrondissement réalise une année record (avec notamment la Tour Montparnasse, Greenelle ou encore Print) suivi par la première Couronne qui signe sa meilleure performance depuis 10 ans, portée par Montrouge.

Le Croissant Ouest en très forte progression

La hausse de valeurs dans Paris, cumulée à une faiblesse de l’offre neuve ou restructurée à La Défense, conduit les utilisateurs en 1ère Couronne, et ce sur l’ensemble des créneaux de surface.

Ce phénomène nouveau se manifeste par une hausse des volumes de transactions.

C’est le cas notamment pour Neuilly et Levallois, devenues des solutions gagnantes pour répondre à la raréfaction des offres parisiennes. Notons également que Levallois a vu son taux de vacance baisser de près d’1/3, passant de 11 % à 8 %.

Secteur Sud-Est : une année exceptionnelle

Sur les 9 premiers mois, la demande placée a atteint plus de 38 000 m², concrétisant ainsi une progression de 260 % sur un an. Ceci s’explique par un volume placé sur le 1 000 m²/ 5 000 m² multiplié par 7 et porté par les transactions d’Essilor, Nobel Biocare, Unicancer ou encore Riverside.

Une anticipation de la valeur locative des immeubles neufs ou restructurés

La conjonction d’une offre faible et d’une progression des volumes de transactions ainsi que la rationalisation des surfaces chez les grands utilisateurs, conduisent à envisager une hausse dans les prochains mois des valeurs locatives.

A propos de CBRE Group, Inc. 

CBRE Group, Inc. (NYSE:CBG), société cotée au Fortune 500 et au S&P 500 ayant son siège social à Los Angeles, est la plus grande société au monde dans le secteur des services et de l'investissement dans l'immobilier d'entreprise (en termes de chiffre d'affaires pour l'année 2016). La Société compte plus 75 000 personnes (hors sociétés affiliées) et répond aux besoins des propriétaires et investisseurs immobiliers ainsi que des locataires dans le monde entier grâce à son réseau de plus de 450 bureaux (hors sociétés affiliées). CBRE a une activité de conseil en matière de stratégie et de mise en œuvre dans le cadre de ventes et de locations immobilières ; une activité de service aux entreprises, de gestion d'immeubles, d'installations et de projets ; de conseil en matière d'emprunt immobilier ; d'étude et d'évaluation ; de développement ; de gestion d'investissements, et de recherche et consulting. Consultez notre site web à www.cbre.com