18
Juin
2014
|
00:00
Europe/Paris

La France est la première destination touristique au monde pour le shopping de luxe selon une étude réalisée par CBRE

Si les marques italiennes et françaises dominent les marchés du luxe dans le monde entier, la France reste la première destination touristique au monde. La capitale française est d’ailleurs le centre mondial de la haute-couture. Indépendamment des événements qui surviennent sur les marchés du luxe aux quatre coins de la planète, la demande pour les magasins luxueux à Paris ne cesse de progresser. Comme dans les autres métropoles mondiales, les marques de luxe qui s’installent à Paris ne semblent pas être découragées par la flambée des prix des surfaces commerciales. Dans certaines rues, les prix ont en effet doublé en moins de dix ans. 


Les Champs-Elysées : le cœur du commerce de luxe parisien 


L’avenue des Champs-Elysées conserve un rôle stratégique dans le commerce du luxe à Paris et fait partie des lieux de prédilection des touristes du monde entier. Louis Vuitton, Cartier et Montblanc ont été rejoints par Tag Heuer. Tiffany & Co., Zadig & Voltaire, The Kooples, Banana Republic et Abercrombie & Fitch s’y sont récemment installés.

La demande pour les produits de luxe est particulièrement forte dans le quartier des Champs-Elysées, et la zone ne cesse de s’agrandir. Un groupe de rues – l’avenue des Champs-Elysées, la rue François 1er et l’avenue Montaigne – sont également connues sous le nom de « Triangle d’Or ». Qela (groupe de luxe du Qatar) vient notamment d’ouvrir ses portes sur l’Avenue Montaigne et Waskoll sur l’Avenue George V.


Un marché en forte évolution


Le shopping à Paris est en proie à une véritable mutation. Les marques de luxe prennent désormais place dans des rues et des espaces qu’elles n’auraient même pas imaginé occuper il y a encore une décennie. En témoigne l’inauguration de la première boutique Lindt dans la rue Scribe entre Nespresso et les Galeries Lafayette, près de l’Opéra. Ce quartier vient d’accueillir d’autres grands noms du luxe comme Omega, Tag Heuer et Cartier sur le boulevard des Capucines.


Il existe en effet plusieurs tendance que l’on retrouver dans le monde entier : un intérêt croissant des marques de luxe pour les grandes boutiques phares (un bien plutôt rare aujourd’hui dans toutes les principales zones commerciales du monde entier, Paris y compris) et une réduction des formats dans des quartiers prestigieux où les stocks sont historiquement de petite échelle.


Autre fait intéressant : l’arrivée de boutiques créées par des icônes de l’industrie de la mode comme Tom Ford et John Galliano dans la rue Saint-Honoré, et Karl Lagerfeld sur le boulevard Saint-Germain. La rue Saint-Honoré et la rue du Faubourg Saint-Honoré, par exemple, accueillent de nombreuses boutiques ouvertes par ces créateurs : Moncler, Officine Panerai, Berluti, Tom Ford, Victor & Rolf, Tory Burch et Michael Kors.


La Rive Gauche de Paris : un secteur en plein boom


Il n’existe encore qu’un seul secteur réservé au luxe sur la Rive Gauche : celui formé par le boulevard Saint-Germain, la rue de Rennes, la rue de Sèvres et la rue de Grenelle. Dans ce secteur, les emplacements haut de gamme ne restent pas longtemps libres et la demande occasionne une véritable envolée des prix.


L’ouverture par Hermès d’un nouveau magasin phare a entraîné une frénésie d’activités sur la rue de Sèvres, attirant de nouveaux arrivants tels que Shang Xia (qui fait partie d’Hermès), Berluti et Omega. Le boulevard Saint-Germain connaît aussi des pressions similaires, illustrées par l’arrivée de Moncler.


La place Vendôme et la rue de la Paix restent quant à elles réservées aux très grandes marques de luxe, notamment aux joailliers. Cependant, le quartier du Marais fait désormais office de nouveau champ de bataille pour les marques haut de gamme. Jeune et très tendance, il accueille des enseignes telles que Diptyque, Kiehl’s, Karen Millen, Michael Kors et Comptoir des Cotonniers dans la rue des Francs-Bourgeois. En raison des problèmes de taille des boutiques – la disponibilité est très limitée et les magasins ont plutôt tendance à être petits – les marques du luxe se concentrent sur les accessoires ou une gamme restreinte de produits pour cibler le tourisme haut de gamme.


Un marché dynamisé par les touristes chinois


Des niveaux d’activités élevés similaires aux marques de luxe sont bien sûr également visibles dans d’autres secteurs du commerce mondial, notamment à Londres et à New York. La nature des stocks d’espaces et leur disponibilité diffèrent selon les villes mais la pression de la demande pour les produits de luxe reste identique : la croissance importante du nombre de visiteurs internationaux, provenant avant tout de la Chine, se fait ressentir partout, stimulant ainsi la croissance sur les marchés de l’hôtellerie/restauration et du shopping de luxe.


Plusieurs palaces sont actuellement en cours de construction ou rénovation à Paris. L’un des premiers concernés est l’hôtel Mandarin Oriental (Rue Saint-Honoré), suivi par d’autres comme Le Royal Monceau Raffles, le Shangri-La et le Peninsular. Le Ritz et l’Hôtel de Crillon ont été fermés pour rénovation.


Le shopping de grandes marques à prix d’usine (« Outlet shopping ») est aussi un facteur clé de la croissance du shopping de luxe. À l’instar de Bicester Village à l’extérieur de Londres, Paris dispose de La Vallée Village (également détenue par Value Retail, le premier groupe de centres commerciaux de grandes marques à prix d’usine en Europe), située à l’Est de la ville. Un nouveau centre commercial de grandes marques à prix d’usine, One Nation, positionné sur le secteur du haut de gamme, a été inauguré en décembre 2013 dans l’Ouest parisien.


Ce qui est clair, du moins pour l’Europe, c’est que le moteur clé est le tourisme mondial, pas le marché intérieur, et les premières cibles des marques de luxe sont les grandes attractions touristiques des métropoles aux quatre coins du monde. Le triumvirat – Londres, New York et Paris, reste en tête de liste.