21
Mars
2012
|
00:00
Europe/Paris

Financement immobilier : Une nouvelle classe de prêteurs arrive sur le marché

« Après une fin d’année plutôt chaotique sur le marché du financement immobilier, nous faisons aujourd’hui face à de nouveaux mouvements sur le marché français indique Philippe Deloffre, Directeur du département Debt Advisory de CBRE. « Le marché français est en train de subir une transformation profonde et voit apparaître une nouvelle classe de prêteurs: les compagnies d’assurance. La place laissée vacante par les banques, qui ne sont plus en mesure de répondre aux demandes des opérateurs immobiliers, donne un champ d’action pour les prêteurs alternatifs. »


 


Un terreau normatif propice aux financements immobiliers par les assureurs


Suite à la crise financière de 2007, l’Union Européenne a mis en place certaines mesures visant à éclaircir le lien entre les réserves de capital et le contrôle de risque associé à chaque classe d’actif investi. Ainsi, la Directive Solvency II, adoptée  par le Parlement Européen et le Conseil au printemps 2009, a pour but de solidifier les engagements vis-à-vis des assurés, même en cas de forte baisse des marchés.


Encore à l’étude aujourd’hui, cette directive devrait être mise en place en janvier 2013 et apporter un traitement différencié de la pondération en capital des actifs selon le risque.


Dans ce contexte, à la croisée de l’investissement obligataire (sur des souches illiquides) et de l’investissement immobilier direct sur des immeubles sécurisés, l’investissement dans un fonds de dette immobilière concilie le meilleur des deux mondes car il constitue une source intéressante de diversification dans les classes d’actif dites alternatives et ne bouscule pas les organisations préalablement établies chez les assureurs.


 


Le crédit immobilier : un couple risque-rendement attractif pour les assureurs


S’il est nouveau en Europe, le financement immobilier par les assureurs est une source classique de crédit en Amérique du Nord, représentant maintenant plus du quart de ce marché. Certains assureurs Européens y ont d’ailleurs établi des plateformes de financement depuis longtemps. En Europe, le marché britannique montre que le financement immobilier a toujours intéressé les assureurs locaux, et ceux-ci ont aujourd’hui accumulé un encours supérieur à 40 milliards de livres.


Le crédit immobilier offre un couple risque rendement favorable : des marges qui resteront structurellement hautes (notamment comparées aux obligations) et le bénéfice de la sureté réelle (hypothèque).


Pour autant, l’immobilier n’est pas la seule catégorie d’actifs à retenir l’intérêt des assureurs, rajoute Philippe Deloffre, Directeur du département Debt Advisory de CBRE, les pouvoirs publics ont intégré les difficultés des banques à financer les Partenariats Public Privés en modifiant récemment le Code des Assurances pour permettre aux compagnies d’assurance de financer davantage ce secteur. »