12
Mars
2012
|
00:00
Europe/Paris

CBRE analyse les investissements en immobilier d’entreprise banalisé des assureurs

RÉSUMÉ

Les compagnies d’assurances, au vu de leur force financière, jouent un rôle essentiel sur les différents marchés de l’investissement où elles réinjectent les milliards d’euros de primes collectées chaque année auprès de leurs assurés. Parmi les nombreuses classes d’actifs qui s’offrent à elles, l’immobilier occupe traditionnellement une place minoritaire mais dont les vertus diversificatrices sont reconnues. Offrant un rendement plus élevé que les obligations ainsi que des perspectives de plus-value, moins risqué et volatil que les actions, l’immobilier, en particulier d’entreprise, ne manque pas d’atouts pour des investisseurs long terme comme les assureurs, même si son illiquidité et l’importance des coûts de transaction constituent des freins à sa détention en direct. D’ailleurs, durant la dernière décennie, les compagnies d’assurances ont fortement contribué à animer le marché de l’investissement en immobilier d’entreprise, opérant une gestion plus dynamique de leur patrimoine et des arbitrages plus réguliers de leurs biens. Mais aujourd’hui, les assureurs se trouvent à un tournant. Fortement fragilisés par la crise des dettes souveraines, ils vont en outre devoir s’adapter aux nouvelles normes prudentielles prochainement imposées par Solvabilité II. Dans ces conditions, leurs stratégies immobilières sont inévitablement amenées à évoluer. L’occasion pour nous de faire un,point sur leur positionnement en matière d’acquisitions immobilières et d’esquisser quelques perspectives pour le proche avenir.


Au sommaire de cette étude :


 



  • Un acteur historiquement important

  • Une rotation plus rapide des patrimoines

  • Une typologie d’acquisitions peu diversifiée

  • Les perspectives


 


L’étude complète est disponible auprès de l’agence.