29
Septembre
2014
|
00:00
Europe/Paris

« Match by CBRE » / Les certifications environnementales : HQE vs BREEAM vs LEED

Plusieurs organismes proposent aujourd’hui d’attester de la qualité environnementale des immeubles tertiaires en cours de construction et de rénovation en France. Leurs offres de certification s’adressent aux maîtres d’ouvrages (publics ou privés) souhaitant faire reconnaitre les performances environnementales, énergétiques, de santé et de confort de leur bâtiment, mais également attester si elles correspondent aux meilleures pratiques en vigueur.


L’an dernier, une nouvelle entité était créée pour s’assurer du déploiement de la certification environnementale HQE à l’international (CERWAY).


Mais qu’en est-il sur le territoire français ? Quelles sont les certifications les plus demandées ? Comment les différencier et choisir la plus adaptée ?


Ce match de rentrée est l’occasion pour CBRE de mettre en parallèle les 3 certifications les plus présentes sur le marché français : HQE, BREEAM et LEED.


 


Analyse de Ludovic Chambe, Responsable de projets Développement Durable chez CBRE :



HQE


La certification HQE est connue et reconnue sur le marché français. En près de 10 ans, plus de 600 immeubles tertiaires répondant à la certification HQE ont été livrés en France, dont plus de 45 % localisés en Ile-de-France.


 


BREEAM


La certification BREEAM a connu un fort développement sur le marché français ces quatre dernières années. Ainsi, 60 opérations ont déjà été livrées dont près de 80 % en Ile-de-France. Cette certification est largement utilisée pour les centres commerciaux (30 % des opérations enregistrées auprès du Building Research Establishmenten France concerne l’activité retail).


 


LEED


La certification LEED connaît un développement très important à l’international depuis 1998 mais reste toutefois encore peu présente sur le marché français.


Elle est étudiée sur de gros actifs visant une clientèle composée d’entreprises internationales. La quasi-totalité des opérations livrées sont aujourd’hui localisées en Ile-de-France.


Les bâtiments neufs ne représentant que 1 à 2 % du parc immobilier national, les certifications n’ont pas fini de se développer. Elles vont également continuer à se concurrencer dans les secteurs de la rénovation, mais surtout de l’exploitation. En effet, chacune d’entre elles ont développé une méthode d’évaluation spécifique à renouveler de manière périodique durant toute la durée de vie du bâtiment.